« Lettre à mon corps » de Jacques Salomé  

Bonjour mon corps

C’est à toi que je veux dire aujourd’hui, combien je te remercie de m’avoir accompagné depuis si longtemps sur les multiples chemins de ma vie.
Je ne t’ai pas toujours accordé l’intérêt, l’affection, ou simplement le respect que tu mérites.
Souvent je t’ai même ignoré, maltraité, matraqué de regards indifférents
de silences pleins de doutes, de reproches violents.
Tu es le compagnon dont j’ai le plus abusé, que j’ai le plus trahi
Et aujourd’hui, je te découvre, un peu ému avec tes cicatrices secrètes, ta lassitude, tes émerveillements et tous tes possibles.
Je me surprends à t’aimer
avec des envies de te câliner, de te choyer, de te faire des cadeaux simples
de dessiner des fleurs sur ta peau, de t’offrir Mozart, de te donner les rires du soleil, de t’introduire aux rêves des étoiles.
Mon corps,
aujourd’hui je veux te dire que je te suis fidèle pas malgré moi, mais dans l’acceptation profonde de ton amour.
Oui, j’ai découvert que tu m’aimais
que tu prenais soin de moi, que tu étais vigilant et étonnamment présent dans tous les actes de ma vie.
Combien de violences as-tu affrontées pour me laisser naître, pour me laisser être, pour me laisser grandir avec toi?
Combien d’accidents as-tu traversé pour me sauver la vie?
Combien d’abandons as-tu accepté pour me laisser entrer dans le plaisir?
Bien sûr il m’arrive parfois de te partager et même de te laisser aimer par d’autres, par un que je connais et qui t’enlèverait bien si je le laissais faire.
Mon corps, maintenant que je t’ai rencontré, je ne te lâcherai plus.
Nous irons jusqu’au bout de notre vie commune
Et quoi qu’il arrive, nous vieillirons ensemble.
Jacques Salomé

A propos Brigitte Ballandras

Présidente de l'association Psychologue Clinicienne, psychothérapeute, spécialisée conduites alimentaires
Ce contenu a été publié dans TEMOIGNAGES, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à « Lettre à mon corps » de Jacques Salomé  

  1. Carolina De Francesco dit :

    Merci pou ce beau texte, ce corps que l’on malmène et qui pourtant nous protège, nous accompagne toute notre vie, il sait tout de nous. Nous habitons, il est notre maison. Il connaît nos joies nos peines,il a gardé en mémoire chaque instant de notre vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.